Aix-Barida, La Parade, en quête d’homogénéité urbanistique et de pérennisation écologique

La SPLA Pays d’Aix Territoires en charge de l’aménagement pour le compte de la ville d’Aix-en-Provence, a fait appel à nos services pour réaliser une étude faune flore 4 saisons, et la mise en place de mesures ERC (Evitement, Réduction et Compensation). 

Étant proche de La Pioline, le secteur “Barida- La Parade” représente une localisation stratégique pour la ville d’Aix-en-Provence. Cependant, d’un point de vue urbanistique, un besoin de renouveau et d’homogénéité du bâti se fait ressentir. Une autre problématique reliée à cette zone, qui est cette fois environnementale, se caractérise par des risques d’inondations

Comité technique pour le secteur "Barida", Aix en Provence
Crédit cartographie : Comité technique pour le secteur « Barida », Aix en Provence

Les aménagements du quartier “Barida – La Parade” consisteront en la création de 570 logements dans une zone de près de 30 hectares au sud de son territoire. Ce chantier commencera au cours de cette année 2020 et aura pour ambition, en autres, de : 

  • Gérer les problématiques environnementales pour une protection pérenne des habitats naturels et ainsi minimiser les risques d’inondations, 
  • Réaliser des équipements publics pour le bien-être de la communauté, 
  • Développement de lots pour accueillir des activités commerciales et artisanales nouvelles, 
  • Stratégie de réalisation de logements en harmonie avec le quartier existant La Parade. 

Ce quartier illustre un autre exemple d’interface « Homme-Nature » qui permettra de renforcer l’indice de performance de protection de la biodiversité du territoire

Nous avons tenu compte de l’ensemble des fonctionnalités concernant les corridors avoisinant avec une analyse des incidences Natura 2000, permettant une meilleure compréhension des connectivités pour le déplacement des espèces mobiles visées par l’ensemble du réseau Natura 2000 : (ZSC) « Montagne Sainte Victoire et la (ZPS) », « Plateau de l’Arbois » et « Garrigues de Lançon et Chaînes alentours ». 

Nos conclusions, découlant de nos inventaires Faune Flore, ont rapidement mis en lumière notre objectif principal, celui de préserver la ripisylve de l’Arc, « hot-spot » de biodiversité

Considérée comme un corridor naturel, la ripisylve est aussi le refuge de nombreuses espèces présentant un enjeu en termes de « conservation locale ». La diversité biologique y est donc maximale ! Enfin, l’Arc joue un rôle primordial dans la protection des berges et la dissipation du courant. 

Dans le cadre de l’étude d’impact faune-flore du projet d’aménagement sur le site Barida, La Parade à Aix en Provence, j’ai été chargé de réaliser des inventaires ornithologiques et d’apporter mes connaissances et compétences pour déterminer les espèces à enjeux de conservation.

Un partenariat a été établi entre le bureau d’étude ECOTONIA et la SPLA Pays d’Aix pour tenir compte des incidences du projet sur l’avifaune et de mettre en place des mesures d’accompagnement ERC.

Ce fut le cas  notamment sur l’important cortège de la ripisylve de l’ARC comprenant une vingtaine d’espèces, dont des espèces menacées à fortes valeurs patrimoniales comme le Pic épeichette, la Bouscarle de cetti et le Martin pêcheur.  La réussite du partenariat entre les deux parties tient au fait de leur grande capacité d’écoute et de la nécessité de préserver des habitats tels que la ripisylve abritant ces espèces sensibles.

Christophe Gaillardin, Ornithologue, Ecotonia.

Nous avons donc procédé à la mise en place de mesures de précaution importantes pour préserver la ripisylve dans la partie Nord de l’aire d’étude. 

Éviter : 

  • – Préserver la ripisylve par une sanctuarisation de ce milieu, 
  • – Préserver les linéaires arbustifs et leurs végétaux, 
  • – Préserver les alignements d’arbres et arbres à chiroptères. 

Réduire : 

  • – Adapter le calendrier des travaux en fonction du cycle biologique des espèces contactées,
  •  – Balisage et protection de la ripisylve, 
  • – Utilisation d’un éclairage adapté lors des travaux pour les chiroptères,
  • – Maintien des souches d’arbres morts contenant le Grand Capricorne (Cerambyx cerdo) et sanctuarisation dans le milieu naturel,
  • – Sauvetage des amphibiens.

Compenser : 

  • – Conception d’habitats favorables pour les reptiles identifiés, hibernaculum, pierriers,
  • – Renforcement des corridors écologiques à chiroptères identifiés. 

En respectant ces mesures environnementales, le projet assure la protection de cette diversité écologique et son bon maintien.

Préserver la ripisylve est donc essentiel pour entretenir ce lien étroit ou interface « Homme-Nature », et de garantir sa pérennité. 

Suivez plus d’actualité sur nos pages Facebook et Linkedin.